Manif pour Mike, contre le racisme et les violences policières // samedi 10 mars 2018

Communiqué de presse

>>> télécharger le pdf.

Manifestation organisée par le Collectif Jean Dutoit, avec le soutien du Collectif Afro-Swiss,
SolidaritéS Vaud, le Collectif R, Droit de Rester, POP & Gauche en mouvement,
le Collectif St-Martin, la Ligue suisse des droits de l’Homme (VD), le Sleep-In, l’Alliance contre le profilage racial et le Collectif Outrage.

Mike Ben Peter est mort dans la nuit du 1er mars 2018 lors de / à la suite d’une intervention de la police de Lausanne. Si les circonstances de sa mort ne sont pas éclaircies à ce jour, la version communiquée par la police est lacunaire et incohérente. Nous avons de solides raisons de penser que Mike a connu une fin violente, dans un contexte de violences policières récurrentes depuis plus d’une décennie contre la population migrante noire précarisée (cf. Amnesty International 2007, ONU 2007, CRAN 2015, Comité des Nations Unies contre la torture 2016, SFM 2017, Jean Dutoit 2017).

Hervé, homme congolais mort à Bex fin 2016 de plusieurs coups de feu d’un policier ; Claudio, d’origine cap-verdienne, arrêté à tort et violenté par la police de Lausanne sur suspicion qu’il était un dealer ; Lamine Fatty, arrêté en octobre dernier et retrouvé mort à 11h du matin dans sa cellule, que la police cantonale vaudoise n’a pas écouté ni secouru. Aujourd’hui Mike. Ces hommes ont tous été victimes d’actions qui ont foulé aux pieds leurs droits fondamentaux et jusqu’à leur vie.

Les membres de Jean Dutoit, tous noirs africains, vivent la peur au ventre. Ils sont forcés de vivre dans l’exclusion, avec le sentiment que la société suisse s’inscrit en négation de leur existence. Mike était le père de deux enfants… d’autres membres de Jean Dutoit ont des enfants. Eux, ainsi que d’autres personnes noires qui ont dû migrer en Suisse, sont victimes de racisme, normalisé et de plus en plus institutionnalisé. Nous exigeons que cette situation change immédiatement.

La Ville de Lausanne, les forces de police et la justice vaudoise doivent assumer leurs responsabilités. Ceci, non seulement en sanctionnant sévèrement les agents criminels qui commettent des actions illégales et inhumaines (violences gratuites, vols d’argent, destruction de papiers d’identité, insultes racistes), mais en changeant de politique et en réformant les pratiques policières. Il est inadmissible que la police, dont la fonction est de protéger la vie humaine, se transforme en bourreau.

La politique de la Ville de Lausanne à l’égard du deal de rue doit être remise en cause : non seulement elle ne résout rien, mais elle inscrit le racisme dans la fonction policière. Au lieu de rassurer la population, elle encourage la haine. Au lieu de protéger la vie humaine, elle produit la peur et la mort. Elle utilise les « migrants noirs » comme boucs émissaires de la crise que traversent l’Europe et la Suisse. Contraire aux Droits de l’Homme, contraire au bon sens et destructrice, cette politique de la terreur est indigne d’une démocratie et contraire à l’Etat de droit.

La famille de Mike – son épouse et ses deux enfants, ses parents, ses frères et sœurs, en Suisse, en Espagne, en Italie et au Nigéria – et les membres du Collectif Jean Dutoit, dont Mike faisait partie, exigent que justice soit faite. Ils appellent la Suisse et ses habitants à regarder en face la montée du racisme, de la diffamation et des violences inacceptables dont les Noir-e-s sont les cibles.

Nous appelons la population à manifester, afin de briser la loi du silence et faire respecter les droits fondamentaux de chaque être humain à Lausanne, dans le canton de Vaud et en Suisse.

La manifestation se réunira à la place Chauderon à 13h, et se terminera aux alentours de 16h à la place de l’Europe. Une conférence de presse se tiendra à l’issue de l’événement.

Publicités